Accueil
Stop à la chasse aux phoques !   

Canada

Massacre des phoques
Manifestations Pétition Ecrire aux autorités

Namibie

Massacre des otaries Pétition Ecrire aux autorités

A l’action !

Engagez-vous ! Ecrire

Ressources

Diffusion de l’information Tracts Pétitions téléchargeables Législation

Contact

Newsletter Militant Média


Massacre des bébés phoques

Du sang sur la banquise !

La chasse aux phoques au Canada est le plus important et le plus cruel massacre de mammifères marins dans le monde. Les phoques sont principalement tués pour leur peau, qui sera utilisée par l’industrie de la mode.

Des méthodes particulièrement barbares

La chasse vise les très jeunes phoques. Les phoques sont tués à coups de gourdin ainsi qu’au fusil. Quelle que soit la méthode utilisée pour chasser les phoques, rien n’assure qu’ils soient tués sur le coup. Beaucoup d’entre eux se font retirer leur peau alors qu’ils sont encore vivants. En 2001, une équipe de vétérinaires a observé la chasse et a examiné les cadavres dépecés. La conclusion de leur rapport est accablante : 42% des phoques se font dépouiller de leur peau alors qu’ils sont probablement conscients. Les vidéos prouvent de nombreuses infractions au règlement canadien sur les mammifères marins. L’on peut y voir des bébés phoques saignés ou écorchés vifs et traînés sur la glace à l’aide de crochets affûtés...  . . 

Les boucs émissaires

Alors que le gouvernement canadien prétendait que la chasse aux phoques se justifiait par la raréfaction des poissons dans l’Atlantique et notamment des morues, dont les phoques se nourrissent, voici que cet argument est classé sur le site officiel du gouvernement canadien comme un "Mythe" ! La "Réalité" est enfin donnée : "Plusieurs facteurs ont contribué à entraver le rétablissement des stocks de morue, dont la pêche, la mauvaise condition physique des poissons, leur faible taux de croissance et des changements environnementaux." La raison de l’effondrement de la population de poissons n’a jamais fait de doutes : des années de pêche intensive. Aucune justification ou fondement scientifique ne permet d’établir un lien entre le nombre de phoques et la raréfaction des poissons. Des scientifiques pensent même que la diminution de la population de phoques pourrait aller à l’inverse du but recherché, car les phoques consomment des calmars, qui font partie des prédateurs des morues. Tout le monde est désormais d’accord sur un point : les massacres de phoques ne font pas revenir la population de morues.

L’argument économique rejeté

Deux phoques agonisent sur la banquise canadienneLe gouvernement canadien prétexte la pauvreté de la région et le fort taux de chômage, il oublie de préciser que les revenus de la chasse sont inférieurs aux coûts supportés par l’ensemble des contribuables canadiens ! La chasse aux phoques ne fera pas sortir les régions concernées de la pauvreté économique, d’autant plus que le commerce de la fourrure est un marché très instable et ne peut fournir des revenus réguliers. Très peu d’emplois sont créés par la chasse aux phoques. Cette activité saisonnière ne représente que 5% des salaires des pêcheurs, et une très faible partie de l’économie de la côte Est du Canada. Devant l’obstination du gouvernement canadien, plusieurs organisations internationales ont alors lancé un boycott sur les poissons canadiens, afin que le Canada abandonne la chasse aux phoques. Aux côtés d’autres associations de défense des animaux, Fourrure Torture propose au gouvernement canadien de remplacer cette cruelle chasse aux phoques par de l’écotourisme, source de revenu plus fiable que la vente de peaux de phoques, soumise aux tendances du marché.

Une opposition grandissante...

Les sondages révèlent qu’une majorité de Canadiens, d’Américains et d’Européens sont opposés à cette chasse aussi cruelle qu’injustifiable. En effet, les citoyens, aux quatre coins du globe, n’accordent pas de crédibilité au gouvernement canadien, quand il justifie ce massacre pour des raisons économiques ou écologiques. C’est pourquoi une très large partie de l’opinion publique souhaite que le gouvernement canadien cesse de promouvoir la chasse. De nombreuses personnalités à travers le monde, dont Paul McCartney qui s’est déplacé au Canada en 2006 , ont permis d’attirer l’attention du grand public sur la cruauté de cette chasse. Au final, le Canada risque de pâtir de la barbarie de la chasse aux phoques, qui ne peut être que néfaste pour son image internationale et donc nuire à son tourisme et aux exportations de ses produits.

Que faire ?

- Ecrivez aux autorités canadiennes
- Signez la pétition contre la chasse aux phoques au Canada.